Guillaume Crochemore - Consultant indépendant

Conseiller à la sécurité du transport de marchandises dangereuses

img_01.jpg img_02.jpg img_03.jpg img_04.jpg img_05.jpg

Présentation

transport matières radio activesAncien responsable des opérations Transport, ayant plus de 10 ans d’expérience en TMD, G. Crochemore équilibre petits/grands clients, et chargeurs/transporteurs. Je conseille dans l'ensemble des pays d'Europe ( GB + DE + I + B ) et accompagne mes clients au-delà (E + RO + PL + NL + P).

À côté des actions de conseil et de CSTMD externe, j'assure des formations pour mes clients, pour des tiers, et comme intervenant pour des organismes.

Quels que soient vos besoins, je reste à votre écoute et recherche en permanence les outils spécifiques et adaptés pour répondre à votre attente.

FLASH - coups de projecteurs

Un wagon de marchandises contenant des batteries LITHIUM usagés explose à Houston

L'explosion qui a soufflé quelques maisons au voisinage de la voie, est attribuée à des batteries Lithium destinées au recyclage.Les news Houston en MPG4
overboardBad enough that they are banned as cargo on commercial passenger aircraft, now trains. Still cannot figure out why Boeing stuck with Lithium batteries for the battery bus for their B-787 after multiple fires on-board.
Les Overboard sont connus pour brûler spontannement à cause de la batterie LITHIUM.

Cinq camions-citernes, garés dans un entrepôt ont explosé suite à un incendie

transport GAZLes faits se sont déroulés dans le hangar de l’entreprise CD Trans, spécialisée dans le transport d’hydrocarbures, de gaz liquéfié et de bouteilles de gaz.Un incendie s’est déclaré vers 7h pour une raison encore inconnue dans un camion-citerne garé sur un parking de stockage de la société. Les flammes ont fait exploser trois camions à 7h20, puis deux autres un quart d’heure plus tard. Les citernes étaient vides mais contenaient encore probablement des gaz résiduels.Le feu s’est ensuite propagé à d’autres camions, sans causer d’explosions supplémentaires. Une vingtaine de véhicules ont été mis hors d’usage.Des morceaux de citerne ont été projetés très loin. Ainsi, une pièce de métal d’une soixantaine de kilos a été propulsée à environ 800 mètres dans le jardin d’une maison.

Un camion transportant des liquides inflammables a percuté par l'arrière un autocar

Plusieurs véhicules dont un autocar ont pris feu dans un violent carambolage samedi sur une autoroute du centre de la Chine, l'accident faisant au moins 38 morts et cinq blessés selon les médias d'Etat.
transport FUELL'accident s'est produit vers 03H00 du matin (vendredi 19H00 GMT) quand un camion transportant des liquides inflammables a percuté par l'arrière un autocar à deux niveaux de passagers, provoquant une forte explosion, a précisé l'agence Chine nouvelle.
L'autocar, d'une capacité de 53 passagers, couvrait une longue distance, de la province du Fujian (est) à celle du Guizhou (sud-ouest). La collision s'est produite dans la province du Hunan.Cinq véhicules au total ont été détruits, selon Chine nouvelle.
Le ministère chinois des Transports affirme que le nombre de morts sur les routes en Chine était de 104.000/an en 2003.Une étude publiée en 2011 avait toutefois conclu que le nombre d'accidents mortels sur les routes chinoises était deux fois plus élevé que ce que prétend la police.

Transport de marchandises: un véhicule sur trois en infraction

Le 11/04/14 : Septante véhicules ont été contrôlés en Belgique jeudi après-midi lors de la journée d'action commune du Benelux concernant le transport de marchandises, indique vendredi le Service Public Fédéral (SPF) Mobilité et Transports. L'accent était mis sur le contrôle des matières dangereuses. Parmi les camions contrôlés, 21 étaient en infraction. Deux autres journées d'action communes sont prévues cette année Infos_Belges

Train pétrolier en feu dans le Dakota du Nord

L'accident, survenu à 1 km de Casselton, une bourgade de 2.300 habitants à l'ouest de Fargo, ne devrait pas manquer de nourrir les interrogations sur la sécurité du transport pétrolier par rail aux Etats-Unis, qui connaît une forte croissance liée au boom du pétrole de schiste.Mais ce pétrole très léger est hautement inflammable et fait parler de lui depuis l'accident mortel de Lac-Mégantic, cet été au Québec, où le déraillement d'un train chargé de wagons-citernes a fait 47 morts et détruit des dizaines d'habitations.

Le Bureau canadien de sécurité des transports (TSB) s'était alors interrogé sur l'opportunité de transporter par wagons-citernes ce pétrole de la région de Bakken, qualifié de "violemment explosif".

Des bouteilles de gaz explosent à Lomme, le propriétaire du véhicule en garde à vue.

Une cinquantaine de bouteilles était entreposée sur une camionnette bien connue dans le quartier et qui appartiendrait à un vendeur de fruits et légumes.

Ces bouteilles ont explosé ce samedi matin aux alentours de 7 heures rue Gallieni à Lille-Lomme.

D’après les premiers éléments de l’enquête, c’est d’une voiture qui se trouvait juste à côté de la camionnette qu’est parti le feu. Certainement pas une inflammation spontanée. Plutôt un incendie volontaire...

La première détonation a été entendue exactement à 6h44 selon un témoin déjà éveillé. Seul un petit nombre de bouteilles aurait explosé, mais provoquant d’énormes dégâts puisque le gaz liquéfié qui s’est propagé et s’est enflammé a formé des boules de feu.

Le propriétaire de la camionnette a été placé en garde à vue, et aurait même été mis en examen « pour mise en danger de la vie d’autrui », selon plusieurs médias. « On l’a mis en garde à vue parce qu’il transportait ces bouteilles de gaz dans des conditions qu’on est en train de vérifier au point de vue de la réglementation applicable ».

Selon 1.1.3.6.3 alinéa 2, la limite pour un gaz liquéfié est de 333 Kg de gaz masse nette, soit 26 bouteilles pleines. Or seules les bouteilles vides restent dans la rue sans protection contre le vol. Donc pas de signalement, et pas de restriction de stationnement.

Vol et ouverture d'un colis de type B

Le colis transportait du cobalt 60.( Période 5,271 années)

Le conducteur mexicain dormait à la station-service, quand des malfaiteurs l'on braqué et volé son beau camion disposant d'un bras.

L'autorité a aussi mis en cause le transporteur. Ainsi le camion n'avait pas de système de pistage électronique, et ne bénéficiait pas de mesures de sécurité appropriées.

Le cobalt-60 (hors du colis) a été découvert sur un terrain vague situé à environ un kilomètre de Hueypoxtla, une ville agricole de 4000 habitants.

Les six personnes testées pour une possible exposition aux radiations ont reçu leur congé d’hôpital, mais demeurent détenues à titre de suspects du vol d’un camion qui transportait du cobalt-60, une matière hautement radioactive, ont rapporté les autorités vendredi.Parmi les hommes détenus, âgés de 16 à 38 ans, celui de 16 ans est le seul à avoir montré des signes d’exposition aux radiations. Mais il se trouverait en bonne condition. Le ministre de la Santé de l’État d’Hidalgo, Pedro Luis Noble, a précisé que les six personnes souffraient d’irritations cutanées et d’étourdissements, mais qu’aucune n’était dans un état grave. Une seule personne souffrait de vomissements, un signe de l’exposition aux radiations.

La récupération de ce matériel s'est faite à l'aide d'un robot spécialisé.

Déraillement d'un train au centre-ville de Lac-Mégantic (Canada)

Les convois ferroviaires de pétrole brut ont grimpé exponentiellement aux États-Unis, passant de 9.500 wagons en 2008 à 233.811 en 2012.

Classement

Le pétrole était identifié comme appartenant à la troisième catégorie d'emballage de matières dangereuses (GE III) - sur une échelle contenant trois échelons - alors qu'il appartient, de fait, à la deuxième catégorie (GE II). Le BST est parvenu à cette conclusion après avoir analysé le pétrole contenu dans les neuf wagons demeurés intacts à la suite du déraillement de Lac-Mégantic.Le Bureau canadien de sécurité des transports (TSB) s'était alors interrogé sur l'opportunité de transporter par wagons-citernes ce pétrole de la région de Bakken, qualifié de "violemment explosif"(GE I ?).

Citerne

Le Bureau national américain de la sécurité des transports a décrit le wagon-citerne DOT-111 comme étant «inadéquat pour résister au choc d’un déraillement» parce qu’il peut facilement être perforé aux extrémités et sur les côtés. Le DOT-111 est aussi utilisé pour transporter de l’éthanol et a été impliqué dans plusieurs explosions et incendies aux États-Unis durant la dernière décennie.En Europe, sauf dérogation ou mesure transitoire, le pétrole GE I serait transporté dans des wagons-citerne L4BN construit en suivant la EN14025.

Opérationnel

Me Walsh a expliqué que selon la procédure de la compagnie ferroviaire MMA, un chef de train effectue 12 heures comme quart de travail et que, par la suite, il met le train sur arrêt, sans éteindre les moteurs.(donc sans freins mécaniques et sans freinage efficace en cas de manque de puissance) . Le train qui a déraillé à Lac-Mégantic était composé de 72 wagons remplis de pétrole brut en provenance des champs pétrolifères de Bakken dans le Dakota du Nord.

Après le départ des pompiers et des employés de MMA, Yves Bourdon indique que le train a amorcé sa descente incontrôlée vers Lac-Mégantic vers 1 h.

Fuite de produit toxique à Handaye

Une forte odeur de soufre s'est répandue lundi 1/7/2013 au matin pendant plusieurs heures sur près de 40 km entre Hendaye et Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques, après la fuite d'environ 500 litres d'un produit toxique d'un wagon, constatée à Hendaye, a-t-on appris auprès de la préfecture.

« Ce produit, du « thia-4-pentanal », a pu incommoder la population par son caractère très odorant (similaire à l'odeur du gaz). Cette odeur a pu être ressentie le long du trajet emprunté par le convoi entre Bayonne et Hendaye, en provenance de Lyon et en direction de Burgos, en Espagne »
a indiqué la préfecture dans un communiqué diffusé en milieu d'après-midi.

La fuite, révélée par le site sudouest.fr, s'est produite à 7H00 et concerne 500 litres de thia-4-pentanal qui se sont répandus sur le sol, « une substance toxique par voie cutanée, mais pas par inhalation », selon les données fournies à la préfecture par la société Adisseo, un groupe spécialisé dans la nutrition animale, fournisseur du thia-4-pentanal.

L'opération de colmatage s'est terminée vers 9H00 et a mobilisé 25 sapeurs-pompiers et 6 policiers, selon la préfecture. Le trafic du fret a été rétabli à 11H00. Le wagon concerné a été « isolé sur une voie désaffectée afin d'être pris en charge par l'industriel Adisseo », ajoute le communiqué de la préfecture.

Moins de 10 appels ont été reçus par les pompiers en début de matinée, quatre d'entre eux ont donné lieu à des interventions qui n'ont pas noté de fuite de gaz sur le réseau de distribution, note le communiqué.

C’est la Semaine européenne de la réduction des déchets 16 novembre 2012

La quantité de déchets a doublé en 40 ans chacun d’entre nous jette en moyenne 374 kilos de déchets par an dans les poubelles et containers de tri, auxquels s’ajoutent les 215 kilos par an, apportés en déchèteries et autres collectes d’encombrants. Soit un chiffre qui a doublé en 40 ans !

Que trouve-t-on dans nos poubelles ? A l’exception des textiles sanitaires et des composés toxiques, depuis 1993, la composition globale des ordures ménagères a peu changé. Les grandes catégories sont les déchets putrescibles (32,2 %), les papiers-cartons (21,5 %), le verre (12,7 %), les plastiques (11,2 %), les textiles (10,6 %, dont les textiles sanitaires), les métaux (3 %) et divers matériaux composites ou non classés (8,9 %). On note une légère baisse de la part des emballages (carton, plastique et verre) qui est passée de 39 à 32 %. En parallèle, on note près de 9 % de textiles sanitaires (couches, lingettes, mouchoirs papier …), soit 34 kilos par habitant par an, une augmentation significative depuis 1993. Enfin la quantité de certains composés toxiques dans les déchets a baissé de façon importante comparée aux analyses réalisées en 1993, probablement du fait de la progression des collectes sélectives des déchets dangereux diffus, notamment en déchèterie, ainsi qu’à une meilleure conception de nombreux produits.

Les 3 règles d’or pour réduire ses déchets

Le meilleur déchet reste encore celui que l’on ne produit pas. La réduction des déchets permet d’économiser des matières premières épuisables et précieuses, de limiter les impacts sur l’environnement et, au niveau local, d’avoir moins recours à l’incinération ou à l’enfouissement et de maîtriser les coûts liés à la gestion des déchets (collecte, incinération, stockage).

Nous pouvons tous agir de manière concrète et systématique : Mieux acheter, c’est penser aux déchets futurs dès l’étape du choix, en privilégiant les produits ayant moins d’emballage et ceux qui sont réparables et rechargeables, c’est acheter d’occasion voire emprunter ou louer. Mieux utiliser, c’est réduire la quantité des produits utilisés en respectant les doses prescrites et en privilégiant les produits réutilisables. Moins jeter, c’est prolonger la durée de vie des produits, donner ou vendre ce dont on ne se sert plus, composter ses déchets organiques... Publication du guide sur l’éco-conception des DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques).

A l’occasion de la Semaine européenne de réduction des déchets, découvrez le guide sur l’éco-conception des DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques). Ce guide, rédigé collectivement par les éco-organismes de la filière de gestion des DEEE, s’adresse aux producteurs d’équipements électriques et électroniques, afin de les aider dans leurs démarches d’éco-conception des produits mis sur le marché.


Mentions légales | Contact | XHTML | CSS
© G. Crochemore 2013